Chemin de Saint Jacques de Compostelle

Pourquoi ?

Pour clore la première partie (symbolique) de ma vie, à l’âge de 43 ans, et ouvrir la prochaine moitié1Ce qui veut dire que je compte bien avoir 86 ans de vie – mentale – si je me base sur l’exemple de mes grands-parents maternels. en marchant.

L’idée est de partir de Tours, la ville où mes parents se sont rencontrés et où j’ai été conçu, jusqu’à Strasbourg, ma ville natale, en passant par Santiago de Compostela ; de mes parents à moi à l’aller et de moi à moi, au retour, comme une longue gestation, un grand détour et une nouvelle naissance, dans un voyage très personnel. Mais qui pourra aussi avoir une dimension religieuse, puisque je tiens à assister à une messe (ou éventuellement un culte) et si possible tridentine, tous les dimanches, ne marchant ces jours-là que l’après-midi, une douzaine de kilomètres tout au plus.

Puis éventuellement revenir avec toute l’énergie nécessaire à soulever les Pyrénées, terminer mes projets et ressusciter le royaume de France.

Quand et où ?

  • départ le mercredi 24 mai (deux jours après le mariage d’une cousine près de Rennes) à Tours
  • mai-juin : via Turonensis
  • juillet : camino norte en commençant par Irún en essayant d’être le 25 juillet à Santiago de Compostela pour la Saint Jacques
  • août : camino francès à rebours
  • septembre-octobre : via podiensis, Auvergne, Franche-Comté puis Alsace jusqu’à Strasbourg

Conditions

  • Couchage sous tente : ni problème d’hébergement ni de passeport totalitaire, mais sac un peu plus lourd
  • Smartphone pour écouter de temps en temps des textes (je serai sans doute souvent seul sur le chemin retour), prendre des notes et des photos
  • Essayer d’aller à une messe tous les dimanches matin (si possible une messe tridentine et chanter le “kyrie eleison” avec la chorale) ou au moins un culte protestant…
  • Me couper de toute actualité politique et avancer quel que soit le statut de paria non-injecté (marcher de nuit et entrer clandestinement en España, s’il faut, mais a priori la situation ne l’obligera pas)

Je me pose encore la question de savoir comment je vais prendre des notes et des photos, si je prends un smartphone ou si je décide de m’en passer pour ne pas être tenté d’aller voir sur Internet ce qui se dit pendant la campagne des législatives (mai-juin) ou concernant le totalitarisme en marche… A voir aussi comment je donne signe de vie, hormis cartes postales que je dois écrire à mes nièces pour qu’Eleana puisse suivre mon parcours sur la carte que lui auront préparée ses parents.

Voir aussi :

Photo d’entête : « Le Chemin » par Mike Dicaire

Note

  • 1
    Ce qui veut dire que je compte bien avoir 86 ans de vie – mentale – si je me base sur l’exemple de mes grands-parents maternels.