Catégories
Recensions

La Société Fabienne [années 1980] par John Green

En marge de mes recherches sur Karl Polanyi, je viens de terminer cette thèse de doctorat ès lettres des années 19801Je dirais 1985, au vu des références., écrite en français par une « femme veuve » qui, « pour des raisons de sécurité » a pris le pseudonyme de John Green.2Réponse de l’éditeur à mes questions, puisque ce n’était pas indiqué dans le livre.

La maison d’édition Saint-Rémi, petite entreprise militante catholique, ayant récupéré le texte après scan obtenu « à partir de photocopies », a relu et corrigé déjà les innombrables fautes d’OCR », mais il en reste beaucoup et « mériterait une autre relecture ».

En 2015, « le temps et les moyens [ayant fait] défaut, et « en ces temps particuliers, [la maison d’édition avait] privilégi[é] la diffusion des textes malgré des coquilles restantes, fautes de moyens car faute de clients et de diffusion médiatique. » Ayant souligné toutes les coquilles que je voyais à partir de la page 230, je me suis proposé de leur relire et de corriger ces coquilles dans les prochains temps.

Je vais en parallèle lire le reste de la littérature primaire (surtout Wells, Cole et Shaw) et la littérature secondaire, ce que je trouve à la BNU de Strasbourg et le livre de Caroll Quigley préfacé en français par Pierre Hillard.

J’ai particulièrement noté quelques points pour le moment et suis curieux de voir si je retrouve ces informations :

  • L’origine allemande obscure de Sidney Webb (Weber ?) [p. 108 et s.]
  • L’intérêt peu marqué mais présent des Rothschild et Rockefeller pour la Société Fabienne (voir si Quigley en parle, notamment)
  • L’idée que Sidney Webb aurait une mission (p. 274-275) ; donnée par qui ? L’auteur ne fait cependant pas mention d’une appartenance à une loge maçonnique ni de présence marquée de la Franc-maçonnerie derrière les Fabiens, ce qui me parait peu probable.
  • De même, elle n’approfondit pas les questions religieuses dans son étude. Elle note la proximité d’Annie Besant – elle, Franc-maçonne du 33ème degré de la loge française, le Droit Humain.3Information donnée p. 313, citant Jacques Lantier : La Théosophie, pp. 129 et 139. J’ai le livre et suis allé vérifié l’information. – et de Société Théosophique (à laquelle appartenait Steiner jusqu’en 1912), mais ne développe aucune vue religieuse chez les Webb, pas même un pacte faustien ou une mission secrète pour une communauté religieuse.
  • ‘John Green’ dresse un tableau assez prométhéen des époux Webb. Beatrice (née Potter) est une héritière désireuse de se donner un rôle d’aristocrate capable d’organiser le monde et de le contrôler pour son bien (erreur de tous les collectivistes). Sidney est un pauvre immigré qui, pour des raisons plus troubles et sans doutes plus profondes, semble avoir trouvé dans cette riche héritière une complice parfaite pour arriver à ses fins.
  • Les Webb ont une conception élitiste du socialisme, assez proche du paternalisme – version prométhéenne de La grève d’Ayn Rand.

Le nouvel ordre mondial

Malheureusement, alors que c’est ce qui apparait en sous-titre, la quatrième partie sur le nouvel ordre mondial est très courte.

P. 351 : unification du monde part étapes : d’abord avec des blocs puis le monde entier, à la Wells.

Wells est absent de cette étude.

Tout ces gens sont comme des courants dans l’Ingsoc : Cole et le municipalisme, Wells et la révolution mondiale, les Webb et l’aile modérée.

Il manque un tome 2 pour la période 1933- à aujourd’hui, notamment autour de l’ONU.

Je noterai sans doute en commentaires les points qui me paraissent les plus originaux dans ce travail, j’essayerai de voir s’il est daté ou pas (ou si au contraire il dit des choses qu’on ne pourrait plus écrire aujourd’hui) et je comparerai avec ce que dit Pierre Hillard, par ailleurs, sur les fabianistes. Quitte à le contacter pour en discuter avec lui.

J’y apprendrai sans doute des choses sur la Société Fabienne, pour comprendre notamment ce que Karl Polanyi pouvait avoir de commun avec G.B. Shaw et H.G. Wells, mais je ne sais pas trop ce que je pourrais en faire. C’est dommage.

Notes

  • 1
    Je dirais 1985, au vu des références.
  • 2
    Réponse de l’éditeur à mes questions, puisque ce n’était pas indiqué dans le livre.
  • 3
    Information donnée p. 313, citant Jacques Lantier : La Théosophie, pp. 129 et 139. J’ai le livre et suis allé vérifié l’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.